Menu

OUSMANE TRIOMPHE CONTRE LA MALNUTRITION

Photo : Ousmane, un garçon d’un an et demi traité par notre personnel en Mauritanie. Lys Arango pour Action contre la Faim.

Notre agente de communication, Lys Arango, était récemment en Mauritanie, où elle a rencontré Aminata et son fils, Ousmane. Ici, Lys raconte son histoire :

« Dites-moi Aminata, » demande l’assistante psychosociale, « depuis combien de jours Ousmane a-t-il eu de la fièvre? » Avec ses doigts, Aminata en indique deux, pose un troisième doigt, mais se fixe sur deux. Son fils, âgé d’un an et demi, n’ouvre pas les yeux. La diarrhée, les vomissements et la malnutrition l’ont rendu sans force. Il est sur le point de s’évanouir. Il se réveille parfois avec des poussées de douleur, mais il s’effondre à nouveau, comme s’il abandonnait.

La mère n’a plus d’énergie après avoir transporté le bébé de son village à l’hôpital de Selibaby, dans le sud de la Mauritanie. Les yeux d’Aminata semblent parler pour elle, comme si elle voulait dire « s’il vous plaît, il a besoin d’aide, je ne peux plus rien faire pour lui. »

Le principal ennemi de cette région frontalière avec le Mali et le Sénégal est la malnutrition – le nom médical de la faim. Les patients arrivent à l’hôpital avec des infections ou le paludisme, mais généralement, le vrai problème est le manque de nourriture, qui décime le système immunitaire. Une fois que les enfants entrent dans le Centre de Réadaptation nutritionnelle intensive, soutenu par Action contre la Faim, le traitement dure en moyenne deux semaines.

L’hôpital de Selibaby a reçu 2 795 cas l’an dernier. Parfois, ils n’ont pas assez de capacité pour soigner tout le monde, surtout pendant ‘la période de soudure’ de juin à septembre, une période entre les deux récoltes. L’équipe fait ce qu’elle peut, elle essaie de stabiliser et d’aider ses patients à se rétablir – mais elle ne réussit pas toujours. Certains n’y arrivent pas. Malgré l’environnement tragique, il y a un homme qui irradie d’enthousiasme et d’optimisme.

Il s’appelle Pape Sall, un travailleur social psychopathe qui traite les patients comme s’ils étaient ses propres enfants.

Aminata est, en fait, un autre enfant. Elle a 17 ans. Pendant que l’infirmière examine le petit Ousmane, Pape Sall demande à la mère si elle a d’autres enfants.

« Oui, j’ai accouché pour la première fois à l’âge de 14 ans. »

« Qui t’aide à la maison ? »

« Ma belle-mère. »

« Où est votre mari ? »

« Il est absent, il fait la transhumance. » (La transhumance est le mouvement saisonnier du bétail entre les pâturages.)

« Et comment est-il possible que vous ne soyez pas venu chercher de l’aide avant ? »

« Action contre la Faim est venue dans ma région et m’a donné un papier pour référer Ousmane à l’hôpital. Mais ça m’a pris du temps pour venir ici. J’habite très loin », dit la jeune fille.

Les infirmières s’occupent du jeune enfant. Ils le pèsent, le mesurent, prennent sa température et une fois que tous les indicateurs confirment qu’Ousmane souffre de malnutrition aiguë sévère avec complications médicales, le traitement commence : du Lait F-75 et l’amoxicilline. Aminata observe avec une douloureuse inquiétude que son fils n’ouvre toujours pas les yeux. Les heures passent, le soir passe à l’obscurité, et ils s’allongent ensemble sur une civière d’hôpital sous une moustiquaire. Dans la même salle, cinq autres femmes dorment avec leurs enfants. Dans la pièce à côté, encore trois autres.

Le lendemain matin, Ousmane se réveille apathique, sans appétit. Les infirmières lui donnent du lait thérapeutique et des antibiotiques, mais l’humeur d’Aminata ne s’améliore que le troisième jour, quand Ousmane ouvre les yeux pour demander à manger. Il a faim. « Depuis que j’ai quitté le village, à chaque instant, il m’a dit que mon enfant allait mourir. Ce n’est que lorsque j’ai revu ses yeux que j’ai retrouvé l’espoir », dit Aminata, qui, peu à peu, s’ouvre aussi. Elle s’est fait des amis parmi les autres mères et elle a dit que l’une de ces mères en particulier a été d’une aide appréciable : « Le cas de sa fille m’a réconforté. Si elle, qui était très malade, s’est améliorée, Ousmane le fera aussi », dit-elle avec un sourire sincère.

Le quatrième jour, l’enfant mange l’aliment thérapeutique, à base de pâte d’arachide, avec beaucoup d’appétit. Ensuite, Pape Sall organise une activité de groupe. Les mères et les enfants s’y rassemblent sur un tapis parsemé de jouets. Il incite Aminata à jouer avec Ousmane, qui se passionne pour une grosse balle, presque plus grosse que lui.

« Nous devons nous efforcer de gagner la confiance des familles », explique Sall. « Si le médecin demande « comment vas-tu ? » Ils répondront toujours ‘bien’. Mais s’ils ont le sentiment que nous tenons à eux et à leurs enfants, ils nous diront vraiment comment ils sentent. Il est important de comprendre ce qu’il y a au fond de chaque cas pour les aider à se rétablir. »


Photo : Pape Sall, Aminata et Ousmane. Lys Arango pour Action contre la Faim, Mauritanie.

Aminata finit par dire que ses beaux-parents l’aident parce que son mari n’a aucun moyen. Il est maintenant au Mali avec le bétail et n’a pas encore appris que son plus jeune fils est malade. « Pour moi, tout est un grand fardeau. J’aimerais qu’il soit là pour voir à quel point je suis fatiguée « , explique-t-elle. Puis, quand on lui pose des questions sur son mariage précoce, elle répond, gênée : « Ce n’était pas mon choix, je voulais continuer à étudier, mais mes parents m’y ont forcée ».

Ce n’est pas un cas isolé ; en Mauritanie, 32% des femmes se marient avant l’âge de 18 ans et nous savons qu’il existe un lien évident entre la malnutrition et les enfants nés de mères adolescentes.

Grâce au financement du Bureau de la Population, des Réfugiés et des Migrations du département d’État, nous dirigeons un programme pilote en Mauritanie, avec le Bangladesh et le Soudan du Sud, sur la nutrition et l’atténuation des risques de violence basée sur le genre. Dans le cadre de ce projet, nous adaptons des outils techniques et des directives pour intégrer les considérations relatives à l’atténuation des risques de violence sexiste, tout en formant des travailleurs psychosociaux comme Sall aux signes de la violence liée au sexe.

Le 1er juillet 2019, Ousmane reçoit son congé de l’hôpital. « Sa guérison a été très rapide », dit Safiatou, le chef du centre, «en cinq jours seulement, il a gagné un demi-kilo, la fièvre a disparu, et de plus toute complication médicale ».

Aminata sourit. « Il peut continuer le traitement contre la malnutrition à la maison. Ousmane est hors de danger », ajoute Safiatou. La mère, pleine d’émotion, court chercher ses affaires. Quand le taxi arrive, ils se dirigent vers elle, presque en volant.

Sur le chemin de Zenyga, Ousmane est bien silencieux. Il est fatigué de cette lutte colossale pour sa vie. Dans son village au désert, à côté de sa maison en terre, sa famille l’attend à l’ombre d’un toit de chaume, soulagée de voir qu’Ousmane est en route pour son retour.


Photo: Ousmane returns home. Lys Arango for Action Against Hunger, Mauritania.
 

Comments