Menu

Les groupes de soutien et leurs jardins fleurissent au Cambodge

care group - Cambodia - Action Against Hunger

Une membre de la communauté s’occupe de son jardin au Cambodge. Photo par : Jean-Francois Perigois pour Action contre la faim Cambodge.

En 2016, au moins un enfant sur trois dans la province de Preah Vihear, au Cambodge, souffrait de malnutrition chronique. Nos équipes ont entrepris de changer cette situation, en se concentrant sur les mères et les enfants et en consultant les chefs de communauté à chaque étape du processus de planification et de mise en œuvre du programme.

Grâce à notre projet COMMON, soutenu notamment par l’Agence française de développement et Buddhist Global Relief, nous avons travaillé dans 22 villages pour améliorer simultanément l’égalité des sexes, la nutrition, la sécurité alimentaire et l’eau, l’hygiène et l’assainissement.

Une des façons dont nos équipes ont travaillé pour améliorer la nutrition et la sécurité alimentaire a été l’approche du groupe de soutien, où des bénévoles de la communauté rencontrent régulièrement notre personnel à des fins de formation, de supervision et de soutien. Les volontaires transmettent ensuite ces enseignements à leur groupe de soutien individuel : 10 à 15 mères dans leur communauté.

Les formations couvrent une variété de sujets, dont l’un des plus populaires est la manière de cultiver un jardin avec des plantes nutritives à la maison. Faites la connaissance de trois femmes qui récoltent maintenant les fruits – et les légumes – de leur travail.

« JE SUIS FIÈRE DE CE RENDEMENT. »


Dib Kim Lay consulte un des membres de notre équipe.

Dib Kim Lay, 33 ans, mère de quatre enfants dans le village de Svay, participe activement à un groupe de soutien de mère à mère et à un groupe d’utilisateurs et utilisatrices d’eau. Elle bénéficie également de nos activités en matière de sécurité alimentaire. Participante active, Kim Lay a appris sur divers sujets, notamment l’agriculture, la sécurité alimentaire, le genre, l’utilisation des latrines et l’eau potable filtrée.

Lors d’une des sessions du groupe de soutien, elle a entendu parler du Sen Kra Ob, une variété de riz améliorée. Ce riz biologique, sans OGM, présente des avantages substantiels par rapport aux types de riz traditionnels : surtout, le délai de production de ce riz est beaucoup plus court, soit 105-120 jours entre la plantation et la récolte, comparativement à 150-180 jours pour les semences de riz traditionnelles.

« La plupart des participants ne pensaient pas que les semences qui ont poussé dans ce laps de temps très court pouvaient être de bonne qualité par rapport aux semences traditionnelles », raconte Kim Lay.

Malgré le scepticisme des autres, après la session, Kim Lay et son mari ont discuté de cette possibilité et ont décidé d’essayer les nouvelles graines. Après avoir suivi une série de séances de formation avec notre personnel technique, Kim Lay a reçu 15 livres de semences de riz Sen Kra Ob et les a plantées. Exactement 107 jours plus tard, leur récolte a donné 150 kilos de riz.

« Je suis fière de ce rendement », déclare Kim Lay. « Mon mari et moi avons décidé de conserver cette semence pour la récolte de l’année prochaine, et je sais que d’autres familles font de même. »

La communauté a vu de nombreux avantages dans la variété de riz améliorée : elle nécessite moins d’eau, fait gagner un temps précieux aux familles et produit un rendement impressionnant par rapport à la variété de riz traditionnelle, qui nécessite généralement au moins 30 kilos de semences pour produire au maximum 150 kilos de riz récolté.

« Le rendement du riz a changé la perception et l’état d’esprit de notre communauté », explique Kim Lay.

« VAINCRE LA PEUR »


Chorn Sreypov a été choisie par les membres de sa communauté pour diriger leur groupe de soutien local.

Chorn Sreypov, une mère et veuve de 26 ans, vit dans le village de Traping Sangke lich.

« Quand je suis arrivé ici, le terrain était plein d’herbe », dit Sreypov. « Ma famille n’avait pas assez de nourriture, car nous n’avons pas de terre pour une parcelle de riz ou pour l’agriculture outre les terres autour de la maison. Pour aider ma famille à survivre, j’ai décidé de faire pousser des légumes autour de ma maison. »

Après avoir rejoint un groupe de soutien en 2017, Sreypov a reçu des semences de légumes, appris de nouvelles techniques et bénéficié d’autres aides de la part d’Action contre la faim.

« Une fois, un membre du personnel d’Action contre la faim est venu chez moi et ils m’ont encouragé à agrandir mon jardin en y faisant pousser des cultures plus diverses », se souvient Sreypov. Plus de variétés de cultures produisent plus de revenus au marché. « Mais je n’ai pas osé le faire. J’avais peur de l’échec et je ne savais pas où je pouvais vendre mes produits. »

Notre équipe a travaillé avec Sreypov pour l’aider à surmonter ses craintes par le biais de la formation : « Je me suis inscrite à une formation soutenue par Action contre la faim qui parlait de « briser la peur », et cette session m’a inspirée pour agrandir mon jardin. »

Ce jardin agrandi – la seule source de revenus de la famille de Sreypov – rapporte aujourd’hui plus de 20 dollars par jour, et Sreypov investit ses économies pour assurer leur avenir. « Pour que ma ferme soit verte toute l’année, j’ai économisé de l’argent en vendant des légumes pour creuser un puits protégé pour mon jardin, puis nous le pompons dans de petits réservoirs en plastique. »

En reconnaissance de son succès et de son plaidoyer pour le groupe de soutien, Sreypov a été choisie par ses voisins pour être leur chef de groupe de soutien. Elle aide à gérer et à animer des sessions d’apprentissage et effectue des visites à domicile avec les 13 membres du groupe de soutien dans sa région.

« J’ai également partagé des techniques pour aider les membres de mon groupe de soutien et maintenant au moins la moitié des membres de mon groupe cultivent des légumes comme moi », dit-elle. « Leurs familles mangent les légumes et ils en vendent une partie. »

Les membres du groupe de soutien vendent leurs produits à la fois par le biais d’intermédiaires et directement sur le marché. L’un des défis auxquels ils sont actuellement confrontés est la fixation des prix : « Nous recevons parfois des prix différents pour un même produit », explique Sreypov. « Je pense que nous devrions nous rassembler en tant que groupe de producteurs, nous développer ensemble et vendre ensemble pour nous assurer que les prix ne sont pas différents. »

« D’après mes observations et les informations relevées lors des visites à domicile, la situation des membres de mon groupe de soutien est meilleure qu’auparavant. Nous devons rarement amener nos enfants au centre de santé – ils grandissent. »

« C’EST SIMPLE, MAIS SIGNIFICATIF. »


« Nous avons un beau jardin », dit San Makara, une mère de deux enfants et un autre en route.

San Makara, une résidente du village de Peak Sbek, est une jeune femme de 27 ans, mère de deux enfants de moins de cinq ans et d’un autre bébé en route. Elle participe à un groupe de soutien de mère à mère ainsi qu’à nos activités en matière de genre et de sécurité alimentaire. En plus de participer aux sessions régulières du groupe de soutien, elle a planté des graines de légumes et a reçu un soutien technique pour son jardin de la part de nos équipes.

Le mari de Makara est militaire et n’est pas toujours à la maison, ce qui signifie qu’elle assume la plupart des responsabilités ménagères, y compris les travaux ménagers, la garde des enfants et la cuisine. Pour économiser du temps et de l’argent en ne devant pas toujours aller au marché pour se nourrir, Makara a voulu créer un potager à la maison. Avec nous, elle a appris à préparer sa terre et a ensuite reçu des semences de légumes à planter.

Lorsque les responsables du projet se sont rendus au domicile de la famille, ils ont aidé Makara et son mari à élaborer un « plan d’action » pour le ménage – une liste de mesures concrètes que les époux établissent ensemble pour atteindre des objectifs – qui vise à favoriser l’égalité et le partage des responsabilités au sein du foyer. Makara a établi une liste d’idées qu’elle voulait réaliser, y compris son potager, puis elle et son mari ont créé ensemble leur plan d’action.

Dans les mois qui ont suivi, son mari l’a aidée à préparer, à arroser et à fertiliser la terre. « Au final, nous avons un beau jardin. C’est simple mais significatif », dit Makara.

Ils cultivent quelques sortes de plantes, notamment des radis, des concombres, des haricots longs et des choux. Le mari de Makara a également joué un rôle actif en encourageant leur famille à adopter une alimentation plus diversifiée.

Quelques mois après avoir commencé leur jardin, il était temps de revoir leur plan d’action domestique. Le couple a décidé de maintenir le jardin familial dans le plan afin qu’il puisse continuer à soutenir leur famille tout au long de l’année. Ils ont également décidé conjointement que Makara devrait accoucher au centre de santé local plutôt qu’à la maison.

« Je suis très heureuse d’avoir un jardin », dit-elle. « Mes enfants sont heureux d’être avec moi dans le jardin et ils m’aident à enlever les mauvaises herbes. Je suis très reconnaissante du soutien que j’ai reçu d’Action contre la faim, et je me sens bien quand le responsable du groupe de soutien visite mon domicile. »

 


Joignez-vous à notre communauté

Vous voulez vous joindre à la lutte contre la faim ? Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour rester informé(e) des dernières nouvelles et des derniers événements d’Action contre la faim.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

 

Comments