Menu

L’égalité des genres au cœur de l’agenda d’ACF

Gender Policy Action Against Hunger

« Si nous ne faisons pas d’efforts particuliers pour parler aux femmes, il y a un risque que leurs voix, les vulnérabilités et leurs aptitudes ne soient pas entendues ou prises en compte dans nos interventions », déclare Clara Ituero, conseillère spécialisée dans le genre pour le réseau Action contre la Faim International (ACF International), qui décrit l’une des nombreuses motivations d’Action contre la Faim à l’ordre du jour autour de la question du genre. « [Ainsi] nous faisons quelque chose qui n’est pas adapté à l’ensemble de la population, mais uniquement à la moitié de la population. »

En 2013, ACF a initié la création d’une trousse à outil et la mise en œuvre d’une politique sur le genre, visant à accroître l’impact des interventions d’ACF pour les femmes, les filles, les garçons et les hommes en analysant et en répondant aux problématiques de genre au niveau des sièges sociaux et des programmes.

Plutôt que de simplement donner la priorité aux femmes et aux filles, la politique de genre d’ACF vise à assurer qu’ACF non seulement reconnaît les différents points de vue et les besoins des personnes d’âge et de genre différents, mais que nous fournissons également des réponses spécifiques aux besoins et aux capacités des femmes, des hommes, des filles et des garçons.

« Lorsque nous parlons de genre, beaucoup de personnes pensent que nous parlons uniquement des femmes et des filles. En fait, nous parlons des différents rôles et besoins des personnes de sexe différent », déclare Clara Ituero.

« Comprendre les différences d’âge et de genre, et agir sur celles-ci est au cœur de la mission et du mandat d’ACF International (ACF), qui consiste à être préparé et à réagir aux situations d’urgence, de lutte contre la faim et de malnutrition afin d’assurer le rétablissement à long terme des populations. » (Politique de genre d’ACF)

Les hommes, femmes, filles et garçon ont des expériences et des besoins différents, qui sont souvent aggravés par des situations d’urgence, telles que les catastrophes naturelles ou les conflits. Cela signifie que lorsque nous apportons de l’aide, nous devons prendre en compte que chaque groupe a des besoins différents, des perceptions différentes et des priorités différentes. Par exemple, un manque d’accès aux micronutriments, comme le fer pour les femmes enceintes, peut avoir des conséquences sur le poids de naissance d’un bébé et nuire à sa santé sur le long terme. Lorsque l’accès à des latrines ou à de l’eau potable est difficile et/ou dangereux, cela peut par exemple engendrer des violences sexuelles contre les femmes. Cependant, il est important de se rappeler que les hommes et les garçons aussi peuvent devenir des victimes. C’est pourquoi, les programmes doivent tenir compte des besoins de chaque groupe en termes de sécurité et d’accès aux sanitaires, tout comme lors de la planification de projets communautaires ou lors d’une intervention d’urgence.

Pour assurer la mise en œuvre de cette politique, ACF a mis en place une approche à deux volets qui met l’accent à la fois sur l’intégration de la politique dans toutes les stratégies, programmes et projets, ainsi que sur la mise en place d’actions ciblées répondant aux contraintes et aux besoins spéciaux des groupes vulnérables.

En 2014 seulement, plus de 800 employés d’ACF, dont 365 femmes et 438 hommes, ont été formés sur la politique et la trousse à outils sur le genre.

Grâce à la collaboration entre le personnel travaillant depuis les cinq sièges sociaux d’ACF et celui travaillant dans nos bureaux sur le terrain, cette politique de genre débute désormais sa troisième phase. Cette phase de l’agenda sur le genre visera à institutionnaliser et à intégrer la politique et la trousse à outils sur le genre dans les pratiques organisationnelles tout en renforçant les capacités organisationnelles de genre par le biais de l’innovation et de la technologie.

« La famille ACF est de plus en plus consciente de l’importance de mettre en place une politique de genre au niveau des programmes », déclare Clara Ituero. « Les gens [dans le domaine] commencent à réaliser à quel point la politique de genre affecte les travaux réalisés dans le domaine. »

Vous avez des questions? Contactez Viktoria Lovrics, Coordinatrice de Projet sur le Genre, à vlovrics@actionagainsthunger.ca

Comments

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *