Menu

Le programme « espèces contre travail » à Kabilash, au Népal

En réponse au tremblement de terre qui a dévasté le Népal le 25 avril 2015, Action contre la Faim (ACF) a lancé un programme « espèces contre travail » au sein du village de Kabilash, situé dans le quartier de Nuwakot au Népal. Ce programme permettra de fournir aux bénéficiaires un emploi de courte durée, leurs fournissant un petit revenu permettant de répondre aux besoins primaires. À travers ce programme, les bénéficiaires réalisent des travaux communautaires, comme par exemple le ramassage de débris.

Grâce à la mise en place du programme « espèces contre travail », ACF a pu distribuer des liquidité et des outils (tels que des marteaux, des pelles, etc.) à 90 personnes. Ce programme est non seulement axé sur la récupération des moyens de subsistance des membres de la communauté, mais c’est aussi un moyen d’accélérer l’économie locale et de reconstruire l’infrastructure locale.

Dans le quartier de Nuwakot au Népal, les gens sont payés 8 000 roupies népalaises par mois pour aider à ramasser les débris et à reconstruire les écoles publiques qui ont été gravement endommagées par le séisme. Distribuer de l’argent aux personnes qui aident à reconstruire leur village encourage les autres membres de la communauté à travailler ensemble tout en leurs donnant la possibilité de prendre des décisions et d’investir cet argent de la manière qu’ils jugent la plus appropriée.

Le programme « espèces contre travail » d’ACF au sein du village de Kabilash se focalise sur la reconstruction des écoles locales comme celle ci-dessous. Ici, Saraj Mirsha, 20 ans, et ses cousins Ujwal Khanal, 19 ans, et Ramkumar, 11 ans observent l’intérieur d’une des salles de classe gravement endommagée. L’ensemble de la communauté travaille avec ACF pour nettoyer les débris et restaurer le bâtiment afin que les enfants puissent retourner à l’école.

Voici Sita Bike, une femme de 30 ans, mère de trois enfants. Sita est heureuse de recevoir son premier versement de 8 000 roupies népalaises après avoir travaillé avec son mari, Kamel, et sa belle-sœur, Monida, pour nettoyer et restaurer l’école de leur village. Bien que leur principale source de revenus provienne normalement de l’agriculture, Sita est heureuse d’avoir l’occasion de participer au programme « espèces contre travail ».

Idrabadur Bugatti, 65 ans, a également reçu son paiement en espèces de la part d’ACF. «Je vais rapporter cet argent à la maison pour que ma famille puisse en bénéficier. Je souhaiterais également acheter des médicaments, car je souffre d’une maladie de la peau et des yeux», explique t-il, tout en retroussant son pantalon pour montrer sa jambe infectée.

Le programme « espèces contre travail » est non seulement un moyen de fournir de l’aide aux populations touchées, mais c’est aussi une façon de renforcer le pouvoir décisionnel des membres de la communauté, en leurs donnant l’opportunité de prendre des décisions de manière autonome. Nous impliquons l’ensemble de la communauté en ciblant les gens qui sont en mesure de travailler comme Sita, mais aussi d’autres familles qui sont dans le besoin comme celle d’Idrabadur.

Comments

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *