Menu

Vous rendez nos succès possibles

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ DES NATIONS-UNIES ADOPTE À L’UNANIMITÉ UNE RÉSOLUTION HISTORIQUE RECONNAISSANT LES LIENS ENTRE FAIM ET CONFLIT

Le camp de réfugiés d’Azraq est situé à une centaine de kilomètres d’Amman, la capitale jordanienne et abrite plus de 32 000 personnes déplacées. © Florian Seriex pour Action contre la Faim Jordanie – 2016

24 mai 2018 – Aujourd’hui, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une résolution majeure reconnaissant l’insécurité alimentaire liée aux conflits comme un enjeu de paix et de sécurité. L’organisation humanitaire internationale Action contre la Faim se félicite de l’adoption de cette résolution et de la priorité donnée par le Conseil de sécurité à la recherche de solutions politiques pour mettre fin à l’insécurité alimentaire liée aux conflits.

« L’adoption de la résolution d’aujourd’hui ouvre la voie au Secrétaire général pour alerter le Conseil de sécurité sur les situations dans lesquelles un conflit menace la sécurité alimentaire des populations », a déclaré le Directeur général d’Action contre la Faim Canada, Danny Glenwright.

« NOUS ESPÉRONS QUE CET ENGAGEMENT POLITIQUE AU PLUS HAUT NIVEAU EMPÊCHERA DES SITUATIONS CONFLICTUELLES DE DÉGÉNÉRER EN CRISES ALIMENTAIRES MAJEURES »

DANNY GLENWRIGHT – ACTION CONTRE LA FAIM CANADA, DIRECTEUR GÉNÉRAL

 

Action contre la Faim, en tant que témoin du lien entre conflits et faim sur le terrain, a demandé l’engagement du Conseil de sécurité sur cette question.

Comme l’a noté le Secrétaire général des Nations Unies dans un rapport daté du 14 mai 2018, dix des treize crises alimentaires les plus graves dans le monde en 2016, ont été engendrées par des conflits. En 2016, 815 millions de personnes souffraient de la faim dans le monde, soit une hausse de 38 millions en un an après plus de dix années de déclin constant.

« L’année dernière, environ 20 millions de personnes étaient menacées par le spectre de la famine, dans des pays dévastés par la guerre », a fait remarquer Glenwright. « Les famines ne sont jamais inattendues: elles sont toujours créées par l’homme. Les acteurs humanitaires ne peuvent pas résoudre les conflits. Si nous ne voulons pas anéantir les progrès de ces dernières années pour réduire la faim, la communauté internationale doit faire de ce sujet une priorité politique mondiale et s’attaquer aux problèmes politiques à l’origine de ces conflits ».

Action contre la Faim exhorte le Conseil de sécurité à insister sur la nécessité de respecter le droit international humanitaire. Trop souvent, la communauté humanitaire est témoin de tactiques de terre brûlée et du ciblage délibéré des infrastructures civiles et de l’aide humanitaire. Ces tactiques de guerre, en inadéquation total avec le droit international humanitaire, ont des conséquences dévastatrices pour la sécurité alimentaire et la sécurité des civils. Il est primordial de permettre et de faciliter l’acheminement rapide et sans entrave de secours humanitaires impartiaux à tous ceux qui en ont besoin.

« Les progrès accomplis ces dernières années pour lutter contre la faim n’ont jamais été aussi fragiles », a souligné Danny Glenwright. « Nous saluons donc la reconnaissance par le Conseil de sécurité de son rôle dans la recherche de solutions politiques à ces crises ».

Dans le cadre de l’adoption de la résolution 2417 du Conseil de sécurité, Action contre la Faim appelle tous les acteurs à accepter une action concertée pour briser les interactions entre conflits et faim. Pour cela, Action contre la Faim promeut une approche globale mettant en avant simultanément trois actions :

  • La promotion des politiques agricoles adéquates au niveau national ;
  • La mise en place de politique de sécurité respectueuses des moyens de subsistance des populations;
  • Une adhésion stricte des acteurs armés étatiques et non étatiques au droit international humanitaire.

Action contre la Faim est prête à s’engager avec les acteurs concernés dans ce processus pour accélérer les efforts mondiaux visant à rompre le cycle pervers entre conflits et faim.

###

Contact presse:
Naomi Garneau
ngarneau@actionagainsthunger.ca

Comments