Menu

LA SÉCHERESSE MENACE LES COMMUNAUTÉS OÙ LES VACHES SONT MONNAIE COURANTE

Chaque jour, Garbicha et son fils aîné marchent avec leurs vaches pendant des heures pour trouver de la nourriture et de l’eau. Photo prise par Lys Arango pour Action contre la Faim.

En l’Éthiopie, qui souffre d’une deuxième grave sécheresse depuis trois ans, 3,5 millions d’enfants souffrent de malnutrition qui met leur vie en danger. Action contre la Faim travaille avec les familles de bergers pour les aider à se préparer au pire, mais plus d’aide est nécessaire de toute urgence.

Dans Tesso Qelo, la richesse se mesure en vaches : les gens font des transactions commerciales dans les vaches, une dot de mariage est versée aux vaches et les problèmes sont réglés avec les vaches. Quand les vaches sont en bonne santé, les communautés le sont aussi ; mais si les vaches meurent, la vie devient une misère.

En 2016, la famille de Garbicha a perdu la plupart de ses vaches et autres animaux à cause de la pire sécheresse de la région depuis 50 ans. La principale source de nourriture des animaux – l’herbe – s’est asséchée et l’eau était rare. Garbicha a essayé de vendre les quelques vaches qui restaient debout au marché, mais, comme il se souvient, « personne ne s’intéressait aux vaches maigres ».

La crise familiale a entraîné la faim, qui a pris sa forme la plus cruelle – la malnutrition aiguë sévère – chez trois de ses cinq enfants. Ils ont été admis au programme de nutrition d’Action contre la Faim et, après des semaines de traitement, ont réussi à se rétablir.

La dernière sécheresse a enseigné à cette petite communauté d’éleveurs du sud de l’Éthiopie les réalités du changement climatique et les conséquences désastreuses que des fluctuations climatiques extrêmes et imprévisibles peuvent avoir sur leurs moyens de subsistance. Depuis ce temps, ils se préparent à faire face à une autre sécheresse et à renforcer leur résilience aux changements climatiques de diverses façons.

La femme de Garbicha, Gordo, s’est jointe au groupe d’épargne pour les femmes de la communauté, soutenu par Action contre la Faim.

« On nous a donné des chèvres. Nous économisons l’argent que nous obtenons en vendant du lait de chèvre et nous avons ouvert un système de crédit », dit-elle. Chaque femme dépense le revenu supplémentaire comme bon lui semble : nourriture supplémentaire, besoins personnels ou médicaments. Certaines d’entre elles ont créé de nouvelles entreprises : Gordo vend des épices.

Une réunion du groupe d’épargne local, soutenu par Action contre la Faim. Photo prise par Lys Arango pour Action contre la Faim.

« Avant, nous dépendions entièrement de nos maris », explique Gordo. « Maintenant, nous pouvons utiliser cet argent pour des urgences ou même pour aider d’autres femmes qui traversent des moments difficiles. Nous avons atteint une certaine indépendance économique. »

Au centre de santé local, la malnutrition est traitée quotidiennement – nos équipes travaillent également avec les femmes enceintes et les nouvelles mères pour fournir des soins et une éducation afin de prévenir de futurs cas. Pour améliorer l’hygiène et prévenir les épidémies, notre personnel a construit des latrines et formé les membres de la communauté locale sur la façon de rester en bonne santé.

Action contre la Faim soutient également un système de  » travail contre rémunération  » dans le village pour aider à soutenir les moyens de subsistance. L’ensemble de la communauté gagne un revenu supplémentaire pour clôturer les terres et les débarrasser des arbustes, des arbres secs et des mauvaises herbes, ce qui permet à l’herbe de pousser. Les plantes sont stockées et utilisées en période de pénurie.

Edao Worku, agent de développement communautaire d’Action contre la Faim à Tesso Qelo, explique comment cette activité aide les gens à lutter contre la faim :  » Quand les pluies sont irrégulières et que les pâturages sont secs, ils peuvent continuer à nourrir leurs vaches avec de l’herbe. Mais cela ne résout pas tous les problèmes, le besoin en eau ne cesse d’augmenter. »

La sécheresse menace à nouveau cette communauté – la plupart des points d’eau sont vides. Pour l’instant, il n’en reste que deux, qui sont à trois heures de marche. Photo prise par Lys Arango pour Action contre la Faim.

En 2019, la sécheresse menace à nouveau cette communauté – la plupart des points d’eau sont vides. Pour l’instant, il n’en reste que deux, qui sont à trois heures de marche. Gordo s’y rend tous les matins avec son bidon pour essayer de recueillir de l’eau pour sa maison. Garbicha et son fils aîné font la même quête avec leur bétail : chaque jour, ils rassemblent les vaches de la famille dans une quête d’eau qui prend des heures.

« Cette situation est très grave. Même si nous avons de l’herbe maintenant, s’il n’y a pas d’eau, notre bétail mourra aussi », dit Garbicha, angoissé.

Gordo répond par une question qui pèse lourd dans la balance : « Et s’ils meurent, de quoi vivrons-nous ? »

 

Action contre la Faim travaille avec des familles d’Afrique de l’Est pour les aider à survivre à la sécheresse. Nous traitons les enfants souffrant de malnutrition, nous améliorons l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, nous soutenons les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire, ainsi que les autres services.

 
 

Comments