Menu

La malnutrition dans le nord du Sénégal : une crise cachée

Severe Acute Malnutrition (SAM) Action Against Hunger

Le Sénégal n’est pas le premier pays qui vient à l’esprit lorsque l’on pense aux crises humanitaires. Le pays possède l’une des démocraties les plus stables de l’Afrique et a été en grande partie épargné par la crise Ebola qui a ravagé ses voisins du sud. Le Sénégal est souvent considéré comme le centre régional du commerce, de la culture et du tourisme en Afrique de l’Ouest. Et pourtant, dans les régions désertiques du Nord de Matam et Saint-Louis, le long de la frontière mauritanienne, entre 10 000 et 12 000 enfants de moins de cinq ans souffrent chaque année de malnutrition aigüe sévère.

La situation

Les sècheresses et la dégradation des terres, conjuguées à un manque de diversification de l’agriculture locale et à de mauvaises conditions sanitaires, ont entrainé une recrudescence des maladies et ont réduit l’accès aux micronutriments essentiels, notamment chez les femmes enceintes, les mères allaitantes, les nourrissons et les jeunes enfants. Généralement, la situation atteint son apogée au cours de l’été, du mois de juin au mois d’août, lorsque les températures atteignent régulièrement les 45 degrés et que les produits alimentaires sont à court. Selon une enquête SMART réalisée en 2014 dans le département de Podor, 4% des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aigüe sévère (MAS), soit deux fois le taux de 2% qui définit une situation « d’urgence ».

La réponse d’ACF au Sénégal

En réponse à cette situation, depuis 2012 ACF travaille en collaboration avec les cliniques de santé et les hôpitaux locaux du nord du Sénégal, afin de réduire la mortalité infantile due à la malnutrition aigüe sévère (MAS). Les équipes d’ACF assurent la formation du professionnel de santé en ce qui concerne le diagnostic et le traitement de la MAS, et veillent à ce que les hôpitaux et les cliniques locales aient suffisamment de produits alimentaires thérapeutiques et de kits d’hygiène pour les familles locales. Des aliments thérapeutiques sont fournis à de nombreux enfants sur une base ambulatoire avec un suivi assuré par des équipes locales. Dans les cas les plus sévères impliquant des complications, les enfants sont hospitalisés. Les équipes d’ACF mènent aussi des séances de sensibilisation au sein des populations locales et enseignent les bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement afin de réduire la prévalence des maladies.

James Buchanan, membre d’ACF Canada s’est rendu au Sénégal en mai 2015. « L’une des plus grandes préoccupations des équipes locales est le manque important de lits d’hôpitaux et de personnel qualifié dans le domaine », mentionne-t’il. « Il y a seulement deux pédiatres dans toute la région de Matam, et l’un d’eux est un membre de l’équipe d’ACF. Sans l’appui continu d’ACF, les enfants sous-alimentés ne pourraient pas recevoir les soins dont ils ont besoin ». Les vastes distances entre les villages et l’isolement de nombreuses communautés représentent un défi important: « Beaucoup de cliniques locales sont situées loin des routes principales, dans des zones très isolées ». James mentionne  également que « quotidiennement, les membres des équipes de sensibilisation d’ACF doivent affronter la chaleur étouffante et une route de mauvaise qualité pour s’assurer que les cliniques de santé disposent de suffisamment d’équipements médicaux pour répondre aux besoins locaux, et que les familles reçoivent un suivi régulier ».

 

[caption id="attachment_3242" align="aligncenter" width="432"] Poubelle pleine de F-100 and F-75, des produits laits thérapeutiques spécialisés à  Matam, Senegal.[/caption]

 

La prochaine étape

 

Comme la situation ne montre aucun signe de ralentissement dans les années à venir, ACF prévoit des actions futures à plus long terme afin de remédier aux causes profondes de la malnutrition dans les régions du Nord. Cela passe par le soutien des agriculteurs et éleveurs locaux afin qu’ils puissent améliorer et diversifier leur production. Nous souhaitons également travailler avec des unités de production locales afin d’augmenter la valeur nutritionnelle des aliments disponibles sur les marchés locaux. ACF appuiera également la création de jardins communautaires pour accroître la disponibilité des fruits et légumes pour les familles locales. Enfin, ACF prévoit de collaborer avec les autorités locales et les responsables communautaires afin de développer des mécanismes de réponse aux crises, tout en travaillant avec les organismes gouvernementaux pour améliorer les mécanismes d’intervention précoce en ce qui concerne les cas de malnutrition aigüe modérée.

 


Comments

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *