Menu

JOURNÉE MONDIALE DES RÉFUGIÉS : LA COVID-19 AGGRAVE LES CONDITIONS DE VIE DES RÉFUGIÉS SYRIENS AU LIBAN

World Refugee Day - Reem

Reem, mère de trois enfants, vit dans un camp de réfugiés au Liban depuis 2014.

Le samedi 20 juin est la Journée mondiale des réfugiés.

80 % de la population mondiale de réfugiés vit dans des pays à faible et moyen revenu, où les infrastructures sanitaires sont souvent moins développées ou moins nombreuses. Les conséquences des mesures de confinement prises par les pays peuvent avoir des effets dévastateurs sur l’accès à l’aide humanitaire, à la nourriture et aux produits de première nécessité pour les familles pauvres et les communautés marginalisées.

Neuf ans après le début de la crise en Syrie, le Liban accueille la plus grande concentration de réfugiés par habitant, avec un nombre de réfugiés syriens estimé à 1,5 million dans le pays. Environ 38 % des réfugiés enregistrés sont installés dans la vallée de la Bekaa, dont près de la moitié dans des structures temporaires (tentes ou unités préfabriquées). Compte tenu du fait que 78 % des réfugiés syriens ne disposent pas de permis de séjour légal, l’exposition à divers risques de protection est une préoccupation pour beaucoup.

En outre, depuis octobre 2019, le Liban traverse une profonde crise financière et économique, qui frappe particulièrement les réfugiés syriens. Ils sont devenus économiquement plus vulnérables : 55 % d’entre eux dépensaient moins de 3,95 $ par jour en 2019, alors que le niveau d’endettement moyen par ménage équivalait à 1 500 $, ce qui signifie qu’ils n’ont pas les ressources suffisantes pour couvrir leurs besoins vitaux et fondamentaux.

De plus, la majorité des réfugiés n’ont pas un accès adéquat aux services et infrastructures de base en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène. Le réseau national d’eau et d’assainissement est faible et même avant la crise syrienne, dans certaines régions du Liban, les habitants devaient utiliser des techniques coûteuses généralement associées aux situations d’urgence – notamment le transport de l’eau par camion  – pour répondre à leurs besoins. Les réfugiés qui vivent dans des campements de tentes informels dépendent également de la quantité limitée d’eau apportée par camions-citernes, ce qui compromet leur dignité. L’absence de solutions permanentes pour l’accès aux structures d’eau et d’assainissement – telles que le raccordement aux réseaux municipaux d’eau et d’assainissement – contribue à ce problème. Combinés, ces facteurs sont à l’origine du mauvais état de santé des réfugiés, ce qui accroît leur vulnérabilité aux maladies infectieuses et évitables.


Près de la moitié des réfugiés syriens au Liban vivent dans des structures non permanentes. 

Avec l’arrivée de la COVID-19 au Liban, il a été demandé aux citoyens de renforcer leurs pratiques d’hygiène et d’appliquer la distanciation physique afin de ralentir la propagation du virus. Cependant, il est particulièrement difficile de mettre en œuvre ces pratiques dans les camps de réfugiés où l’eau est rare et où les populations dépendent des organisations humanitaires pour leur approvisionnement en eau. Les réfugiés ne recevaient qu’entre 26,5 et 35 litres d’eau par jour, selon la région où ils vivaient. En outre, le surpeuplement et les mauvaises conditions sanitaires dans les camps rendent difficile l’éloignement physique, exposant les réfugiés syriens à d’énormes risques sanitaires.

« Nous avons pu adapter notre programmation pour soutenir les réfugiés syriens très vulnérables dans les camps informels pendant cette crise. Nous avons augmenté la quantité d’eau transportée par camion à 40 litres par personne par jour, puis à 60 litres. Mais même cette quantité d’eau est loin de suffire à couvrir tous les besoins domestiques pour l’hygiène personnelle, la désinfection des tentes, le lavage des vêtements, la cuisine, etc. », explique Beatriz Navarro-Rubio, notre directrice de pays au Liban.

Reem, une mère de trois enfants, vit dans un camp de réfugiés au nord du Liban depuis 2014. Elle dit que vivre sous une tente est l’une des choses les plus difficiles : la tente est petite, sale et peu pratique. Mais depuis que les organisations humanitaires ont commencé à fournir des kits d’abris, des réservoirs d’eau et d’autres matériaux, la vie est devenue un peu plus facile. Toutefois, lorsque le COVID-19 a frappé aux portes du Liban, la vie des gens a brusquement changé. Reem dit que cela a été particulièrement dur pour les enfants : « Il est difficile d’expliquer à vos enfants qu’ils ne peuvent plus jouer dehors parce que nous devons tous nous isoler pour éviter la propagation du virus. Je les laisse parfois sortir, mais je dois alors m’assurer qu’ils prennent toutes les précautions nécessaires. »

Elle dit que pour garder les enfants et la tente propres, il faut de grandes quantités d’eau, et que même la quantité accrue qui leur est livrée au camp ne suffit tout simplement pas pour pouvoir suivre les instructions d’hygiène préventive les plus élémentaires : « Je ne pense pas que les gens se rendent compte de la quantité d’eau que tout cela nécessite, laver les vêtements, nettoyer la tente régulièrement, prendre sa douche et celle des enfants, cuisiner, boire… 40 litres, çc ne suffit pas ».

Dans le cadre du Consortium pour la protection du Liban, nous avons distribué des trousses d’hygiène et de désinfection et du matériel de communication et organisé des séances de sensibilisation à la COVID-19 dans la Bekaa occidentale et à Arsal, y compris dans le camp où Reem vit avec sa famille. La désinfection des espaces de vie est un élément essentiel de la lutte contre la COVID-19, mais de nombreux réfugiés ne peuvent pas acheter ce matériel.

« Il est important de distribuer des produits de désinfection car la plupart des familles n’ont pas les moyens d’acheter ces produits avec l’inflation actuelle des prix. Mais ces produits vont durer un mois et le virus, lui, ne va nulle part. Nous pourrions avoir besoin de plus de soutien de la part d’organisations telles qu’Action contre la faim à l’avenir. Il n’y aura pas d’emplois pour nous, et donc pas de revenus », conclut M. Reem.

« SI LA SITUATION PERSISTE, NOUS POURRIONS MOURIR DE FAIM »

Nasser a été forcé de quitter la Syrie il y a huit ans et a cherché refuge à Arsal, au nord du Liban. Comme de nombreux réfugiés syriens, il s’est installé avec sa famille dans une tente dans l’un des camps informels. La vie a été au mieux difficile : bien que les organisations humanitaires apportent leur soutien, les besoins des familles sont toujours plus grands et les choses manquent toujours. Nasser a pu combler quelques petits manques alors qu’il avait encore ses économies, mais même ses économies n’ont pas pu répondre à tous les besoins de sa famille. Il a décidé d’utiliser le peu de ressources qui lui restaient pour acheter un petit camion pour vendre des légumes.

Depuis, sa routine quotidienne est restée la même : il se réveille très tôt le matin, démarre son camion, allume un petit haut-parleur qu’il a installé sur l’un des rétroviseurs et parcourt les camps de réfugiés d’Arsal pour vendre ses produits. Quelques fois par semaine, il achetait ses produits à des vendeurs de la ville. Pendant un certain temps, ses haut-parleurs diffusaient le même message enregistré indiquant tous les prix des légumes et les produits disponibles. Il ne rentrait « chez lui » que tard dans la nuit, après s’être assuré qu’il avait gagné suffisamment pour pouvoir acheter de nouveaux produits qu’il pourrait vendre.


Nasser vend des légumes pour subvenir aux besoins de sa famille, mais ces derniers temps, les légumes sont devenus trop chers pour les réfugiés.

Depuis octobre 2019, date à laquelle l’économie libanaise a commencé à se détériorer, les choses sont devenues plus difficiles. Le Liban traverse sa pire crise économique et financière et les conditions de vie deviennent plus difficiles. Les prix augmentent de manière drastique sur une base hebdomadaire, voire quotidienne. Ces développements ont eu un impact considérable sur les réfugiés. La crise du COVID-19 et ses mesures connexes n’ont fait qu’aggraver cette situation : le confinement de trois mois a laissé les gens sans emploi et beaucoup sans aucun revenu. Pouvoir acheter de la nourriture est la plus grande préoccupation de la plupart des réfugiés : « Avec la situation actuelle et la propagation du virus, les choses deviennent encore plus difficiles. Je n’ai pas pu travailler pendant des semaines et j’ai simplement repris mes tournées à travers les camps parce que je dois subvenir aux besoins de ma famille. J’ai évidemment peur d’être infecté, mais j’essaie de prendre toutes les précautions nécessaires, en gardant une distance sociale et en portant un masque – même si cela implique des dépenses supplémentaires. Mais j’ai besoin de travailler et de gagner de l’argent. Nous craignons la famine. »

Alors qu’il raconte son histoire, le camp semble désert. Des enfants se promènent, une femme s’arrête, demande le prix d’un kilo de tomates et de feuilles. Le travail de Nasser devient de plus en plus difficile car les gens n’ont pas les moyens d’acheter des légumes ou des fruits. « Les gens achètent beaucoup moins de nos jours. Ceux qui achetaient auparavant 2 kg de tomates n’en achètent plus qu’un demi-kilo. Regardez autour de vous. Je suis là depuis environ 30 minutes et personne ne s’est présenté. La quantité de légumes que j’achetais se vendait autrefois en moins d’une journée, maintenant il faut 3 à 4 jours pour tout vendre », explique Nasser.

Dans le contexte politique et économique actuel, un nombre croissant de ménages de réfugiés syriens ont recours à des mécanismes d’adaptation négatifs ; l’un d’entre eux consiste à réduire les dépenses alimentaires. Un tiers des réfugiés adultes limitent leur consommation de nourriture pour que leurs enfants puissent manger. Trois réfugiés sur quatre réduisent le nombre de repas par jour. De nombreuses personnes ont surtout eu recours à des prêts et à des achats à crédit auprès de magasins et de voisins, mais même cette pratique est devenue plus difficile : « Mes enfants ont envie de quelque chose de plus substantiel à manger et c’est humiliant pour un père de ne pas pouvoir fournir à sa famille ce qu’elle veut. J’ai trois enfants, l’un a 6 ans, l’autre 3 et le plus jeune n’a qu’un an. Je ne peux même pas fournir une maison à ma famille, imaginez vivre dans une tente pendant si longtemps ! Avec la situation actuelle au Liban, ce qui m’effraie le plus, c’est que nous mourrions de faim. Si la situation persiste pendant encore un mois, nous pourrions y faire face. Les gens ne peuvent plus se permettre de payer 2 000 à 3 000 LBP (moins de 1,35 $) pour des légumes, nous nous dirigeons vers la famine. »

 


Joignez-vous à notre communauté

Vous voulez vous joindre à la lutte contre la faim ? Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour rester informé(e) des dernières nouvelles et des derniers événements d’Action contre la faim.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

 

Comments