Menu

Journée des réfugiés : l’histoire d’Ahmed 

Ahmed, bénévole chez Action contre la Faim dans le camp de réfugiés d’Azrap, en Jordanie. Photo par Florian Seriex.

Aujourd’hui, le 20 juin, est la Journée des réfugiés. Il y a en ce moment 65 millions de réfugiés dans le monde – le plus grand nombre de réfugiés dans l’histoire du monde entier. Chez Action contre la Faim, nous supportons les réfugiés chaque jour. Aujourd’hui, nous partageons l’histoire d’Ahmed.

Des dizaines de milliers de personnes se regroupent à la frontière syro-jordanienne depuis juillet 2014. Elles fuient la guerre, les frappes aériennes, les combats et n’ont qu’une seule idée en tête : vivre en paix.  Ahmed a passé six mois sur place jusqu’à son récent transfert en Jordanie vers le camp de réfugiés d’Azraq où il est désormais volontaire pour Action contre la Faim.« Je suis arrivé en Jordanie le 26 avril 2016, plus de six mois après avoir quitté mon village, Mahin, qui se trouve entre Homs et Palmyre. Il m’a d’abord fallu quatre jours pour atteindre le poste frontière de Rukban mais je n’ai pas pu passer de l’autre côté et je suis resté là pendant six mois ». Ahmed a quitté la Syrie longtemps après le début du conflit : « Il n’y avait pas de problème chez moi. Tout était calme jusqu’à ce que Daesh s’empare d’Al Qaryatayn en août 2015. C’était le 5 août et trois jours plus tard ils ont pris mon village ». Dès lors, les combats se multiplient sur place, il n’y a d’autre solution que la fuite.

Si Ahmed a quitté la guerre, Rukban ne lui a pas apporté la paix pour autant. « Le problème là-bas c’était le manque d’organisation, il y avait des bagarres, des attaques et surtout il n’y avait pas assez d’eau et de nourriture pour tout le monde ».

Le jeune homme est finalement autorisé à entrer sur le territoire jordanien. Il est immédiatement transféré dans le camp d’Azraq où Action contre la Faim est en charge des installations sanitaires pour les personnes qui arrivent du Berm*. Peu de temps après, Ahmed a postulé pour devenir volontaire auprès de l’organisation.

Cela fait deux semaines qu’il travaille avec ACF dans le camp. Ahmed passe d’un bloc de latrine à un autre, marteau en main, il vérifie que les portes ferment bien et que les installations sanitaires sont en bon état.

Le gouvernement jordanien a récemment ouvert certains secteurs d’activités aux réfugiés syriens mais dans les camps, les opportunités de travail restent très limitées. A Azraq, un système de travail volontaire en échange d’une rémunération a été mis en place et constitue une source de revenus pour quelques réfugiés.  Afin de permettre au plus grand nombre d’avoir une activité rémunérée, des rotations de travailleurs sont organisées tous les trimestres. Chaque mois Action contre la Faim permet à des dizaines de réfugiés de bénéficier d’une source de revenus en participant au maintien des infrastructures sanitaires  du camp d’Azraq.


*Berm est le nom donné aux deux camps informels de Rukban et Hadalat où se trouvent des milliers de demandeurs d’asile syriens.

Comments

Post a Comment

Your email is kept private. Required fields are marked *