Menu

Les responsables des maternités se forment sur la santé sexuelle et reproductive au Mali

Integrated Fight Against Chronic Malnutrition - Action Against Hunger

Aminata Maïga, infirmière obstétricienne. Photo: Action contre la faim

Dans le cadre du projet de lutte intégrée contre la malnutrition chronique au Mali, financé par Affaires mondiales Canada, Action contre la faim a organisé une formation du 16 au 20 novembre 2021 visant à renforcer les compétences techniques des responsables des maternités en santé sexuelle et reproductive à Bafoulabé.

Au cours des deux dernières décennies, la santé maternelle et infantile ainsi que des questions de maternité sans risque et de planification familiale ont fait l’objet d’un intérêt et d’efforts grandissants de la part des décideurs. Ces efforts conjoints ont conduit à un résultat visible sur le plan international notamment, une augmentation de la prévalence contraceptive et une réduction des taux de morbidité et de mortalité maternelle observées depuis les années 2010. Ces progrès ont pourtant été lents et inégaux. Dans le monde entier, des centaines de millions de femmes n’ont pas d’accès fiable à la contraception ou aux informations sur la planification familiale et les objectifs mondiaux de réduction de la mortalité maternelle n’ont pas été atteints.

C’est dans ce cadre que le projet a organisé une formation visant à renforcer les compétences techniques des responsables des maternités en santé sexuelle et reproductive. Les participants de la formation au nombre de 38 dont 5 hommes et 33 femmes se sont réunis pendant cinq jours où ils ont pu échanger sur les défis qu’ils rencontrent dans leur pratique et discuter des solutions possibles dans le contexte malien. Parmi les participants, il y avait le médecin chef du district sanitaire de Bafoulabé, trois sage-femmes de la maternité de Bafoulabé et la direction régionale de la santé de Kayes.

Au cours des interventions, la représentante de la direction régionale de la santé de Kayes, Madame Diallo Mariam Sidibé, a remercié le gouvernement du Canada à travers Action contre la faim pour l’appui technique et financier au sein de la région ainsi que pour l’amélioration de la qualité des soins en générale. Elle a assuré que son accompagnement tout au long du projet ne fera pas défaut.

À la lumière des échanges sur les prochaines étapes, plusieurs recommandations ont été formulées notamment :

  • Organiser des groupes de discussion des adolescents au niveau de la structure de santé, pour recenser les principales difficultés rencontrées
  • Former les jeunes et adolescents sur leurs droits en matière de la santé sexuelle et reproductive
  • Sensibiliser les parents (pères et mères) afin qu’ils s’impliquent dans l’éducation sexuelle des adolescents et adolescentes
  • Sensibiliser les jeunes à la double protection (l’utilisation du préservatif masculin et féminin qui protège à la fois contre les infections sexuellement transmissibles (IST) et les grossesses non désirées)
  • Renforcer la sensibilisation communautaire à travers les médias, afin de lever les barrières liées à des croyances sociales

Par ailleurs, les participants ont été satisfaits du déroulement de la formation. Ils ont exprimé leur vif intérêt pour l’ensemble des nouvelles notions apprises particulièrement celles portant sur le droit en santé sexuelle et reproductive.

« La formation m’a permis de me renforcer sur les droits fondamentaux de la santé sexuelle et reproductive, d’une manière générale et sur les normes mondiales pour la qualité de soins des adolescents et des jeunes de manière plus spécifique. Je suis une responsable de maternité et à mon retour, je ferai un compte-rendu aux autres agents de maternité qui n’ont pas pu participer à cet atelier pour que nous soyons au même niveau d’information et améliorer les services de santé sexuelle des adolescents et des jeunes. » Aminata Maïga, infirmière obstétricienne.

Cette formation a été organisée dans le cadre du projet de Lutte intégrée contre la malnutrition chronique au Mali, financé par Affaires mondiales Canada. Ce projet vise à améliorer durablement l’état nutritionnel des enfants de moins de cinq ans et des femmes en âge de procréer. Le projet quinquennal s’attaque à trois causes majeures de la malnutrition chronique : l’accès à des soins adéquats, un environnement sain et une nutrition adéquate.

 


Joignez-vous à notre communauté
Vous voulez vous joindre à la lutte contre la faim ? Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour rester informé(e) des dernières nouvelles et des derniers événements d’Action contre la faim.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

 

Comments