Menu

AMÉLIORER L’ACCÈS À L’EAU GRÂCE À L’ÉNERGIE SOLAIRE

Solar Panels - Action Against Hunger Canada

Photo: Brian Kimanthi pour Action contre la faim, Kenya

L’ACCÈS À L’EAU POTABLE EST UN DÉFI MAJEUR POUR LES HABITANTS DU VILLAGE DE CHESOYOW, DANS LE COMTÉ DE WEST POKOT, AU KENYA. LES FAMILLES ET LEUR BÉTAIL DÉPENDENT PRINCIPALEMENT DE L’EAU PROVENANT DE FORAGES SOUTERRAINS, CAR CES DERNIÈRES ANNÉES, LES PRÉCIPITATIONS ONT ÉTÉ RARES. ET LORSQUE LA SÉCHERESSE FRAPPE, LE FORAGE DU VILLAGE, QUI EST TRÈS SOLLICITÉ, TOMBE SOUVENT EN PANNE.

À West Pokot, ce sont les femmes et les filles qui sont chargées d’aller chercher de l’eau, en plus de s’occuper des enfants et des tâches ménagères. Lorsque le forage de leur communauté ne fonctionne pas, la collecte de l’eau prend beaucoup de temps, et la plupart des femmes n’en ont pas. Regina, qui vit à Chesoyow avec ses deux filles, doit marcher près de trois kilomètres pour aller chercher de l’eau dans le lit d’une rivière sablonneuse. Elle a déjà payé des vendeurs d’eau pour remplir des jerrycans, mais c’est une dépense qu’elle ne peut pas se permettre.

Regina et sa famille essaient d’économiser l’eau dans la mesure du possible, ce qui signifie moins de bains et des pratiques d’hygiène réduites à un minimum. Mais cela entraîne des maladies fréquentes, comme la fièvre typhoïde et la diarrhée. Regina se rend donc au moins deux fois par mois dans un poste de santé local pour aller chercher un traitement coûteux pour ses enfants :

“J’AI DÛ PAYER ENVIRON 26 $ POUR LE TRANSPORT ET LES MÉDICAMENTS. J’AVAIS BESOIN DE CET ARGENT POUR ACHETER DE LA NOURRITURE ET PAYER LES FRAIS DE SCOLARITÉ.”

– Regina, West Pokot, Kenya

Les membres de la communauté paient jusqu’à 64 $ par mois pour réparer la pompe du forage lorsqu’elle tombe en panne, mais ils se disputent souvent à propos de ce qu’ils doivent, et des mois peuvent s’écouler sans que le forage fonctionne.

L’année dernière, en avril, juste au moment où le COVID-19 a commencé à se propager au Kenya, le forage est tombé en panne.

Par chance, le ministère de l’Eau a choisi le village de Chesoyow pour passer d’un forage manuel à un système d’approvisionnement en eau à énergie solaire. Cela a été rendu possible par Action contre la Faim grâce au financement de l’Office of U.S. Foreign Disaster Assistance (OFDA).


Photo: Brian Kimanthi pour Action contre la faim, Kenya

Le nouveau système d’approvisionnement en eau a changé la donne, surtout pour les femmes comme Regina. Son trajet pour aller chercher de l’eau ne dure plus que huit minutes, et elle peut remplir son jerrycan en trois minutes. Avec le forage manuel, « il fallait pomper pendant au moins 30 minutes pour remplir un jerrycan de 20 litres », raconte Regina.

Les femmes de Chesoyow peuvent désormais consacrer le temps qu’elles passaient à marcher et à pomper de l’eau à s’occuper de leurs enfants et à gagner un revenu. Chaque après-midi, elles se rassemblent autour du forage pour vendre de la nourriture, fabriquer des perles et discuter.

Le système de canalisations a également été étendu de façon à atteindre les écoles locales. La communauté est convaincue que, de cette manière, le taux d’assiduité va s’améliorer. Aucun enfant ne devrait avoir à manquer les cours pour aller chercher de l’eau. « Au départ, en raison du manque d’eau, le taux d’absentéisme était de 50 % minimum. Parfois, les élèves manquaient les cours pendant plus de deux heures pour aller chercher de l’eau. Mais cela a changé », explique Regina.


Photo: Brian Kimanthi pour Action contre la faim, Kenya

Le village a choisi Regina en tant que présidente du comité local de gestion de l’eau, qu’Action contre la Faim et ses partenaires ont formé à l’exploitation et à l’entretien du système d’approvisionnement en eau. L’investissement local dans le comité de gestion de l’eau a changé la mentalité de la communauté. La communauté toute entière est déterminée à faire en sorte que la source d’eau fonctionne bien. Les villageois ne considèrent plus l’entretien des forages comme la responsabilité du gouvernement du comté, mais comme la leur.

« Nous allons créer un comité et ouvrir un compte bancaire où placer nos contributions mensuelles afin de payer les réparations futures du forage », explique Regina, qui a appris cela dans le cadre de la formation qu’elle et d’autres membres du comité ont reçue.

Le forage réhabilité et alimenté par énergie solaire fait le bonheur de la communauté. Le fait de voir de l’eau couler en permanence pendant des mois a été un rêve devenu réalité. L’eau a amélioré la qualité de vie des villageois et les a rendus plus heureux. Regina est passionnée par le forage. Elle est fière de son rôle au sein du comité de gestion de l’eau et s’est fait la promesse de protéger l’eau de la communauté.

« Je suis très reconnaissante envers Action contre la Faim pour avoir transformé le forage en source d’eau alimentée par énergie solaire. L’eau est une ressource vitale. Nous l’avions perdue, et Action contre la Faim nous a permis de la retrouver. Grâce à la formation que nous avons reçue, nous veillerons à ce que le forage soit protégé et à ce que le village ne manque plus jamais d’eau », déclare Regina.

 


Joignez-vous à notre communauté
Vous voulez vous joindre à la lutte contre la faim ? Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour rester informé(e) des dernières nouvelles et des derniers événements d’Action contre la faim.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

 

Comments