Menu

Dans leurs mots : les agents et agentes de santé communautaires luttent contre la COVID-19

health workers - Action Against Hunger

Le personnel de santé communautaire d’Action contre la faim enseigne aux mères les techniques appropriées pour la distanciation sociale.

Lorsqu’un enfant au Mali contracte le paludisme, les agents et agentes de santé communautaires sont souvent les premiers à identifier la maladie. Lorsqu’une mère en Tanzanie veut améliorer le régime alimentaire de son enfant, elle se tourne vers un ou une bénévole de santé communautaire. Et lorsqu’un parent en Somalie veut apprendre à détecter la malnutrition chez ses enfants, un agent ou agente de santé le forme.

Quelle que soit la crise sanitaire, le personnel et les bénévoles de santé communautaires sont en première ligne dans les communautés les plus difficiles à atteindre dans le monde. Avec la propagation de la COVID-19, cela n’a pas changé : ces femmes et ces hommes courageux et dévoués continuent d’être les personnes sur lesquelles les communautés comptent pour rester en bonne santé.

Malgré les restrictions de mouvement, le confinement et la distanciation sociale, les agents et agentes de santé communautaire trouvent des moyens de promouvoir des comportements sains, d’aider les familles à prévenir la malnutrition et les maladies et de traiter les enfants dont la vie est en danger.

Mais cela n’a pas été facile : la plupart des agents et agentes de santé communautaire ont recours à des formations de groupe, à des visites à domicile et à des interactions personnelles dans les communautés qu’ils desservent. Le manque d’équipement de protection individuelle et la crainte de contracter le virus ont contraint certains agents et agentes de santé communautaire à rester chez eux et à contacter par téléphone les familles dont ils sont responsables.

Nous avons demandé à certains de nos agents et agentes et bénévoles de santé communautaires en Afrique de l’Est ce que signifie être en première ligne au milieu d’une pandémie.

SUR LA SÉCURITÉ DANS LES CENTRES DE SANTÉ


Le personnel de santé en Somalie a mis en place du matériel d’information dans l’un de nos centres de santé maternelle et infantile.

Dans nos centres de santé, diverses mesures ont été mises en place pour garantir que les programmes de santé et de nutrition vitaux puissent se poursuivre en toute sécurité. Ces mesures comprennent la modification des heures et des jours de travail afin de réduire le nombre de personnes sur place, un rationnement différent des traitements nutritionnels afin de réduire le nombre de visites nécessaires dans les centres de santé, la distanciation sociale dans les zones d’attente, de nouvelles stations de lavage des mains à l’intérieur et autour des établissements et la fourniture d’équipements de protection au personnel de santé.

« Les services de consultation externe en matière de nutrition sont passés d’une fréquence hebdomadaire à une fréquence bihebdomadaire et les rations distribuées dans les services d’alimentation complémentaire sont passées d’une fréquence bihebdomadaire à une fréquence mensuelle afin d’éviter la surpopulation sur les sites de distribution. » – Bhakita, agente de santé à Wanyjok, Soudan du Sud.

« La distanciation sociale doit être suivie dans les établissements de santé pour éviter la surpopulation, c’est pourquoi le nombre de jours a été réduit. Cela m’a aussi touché personnellement, car je suis payé en fonction du nombre de jours travaillés. » – Victor, agent de santé à Yumbe, Uganda.

SUR LA FAÇON DONT LA VIE A CHANGÉ DANS LEURS COMMUNAUTÉS


Viktor (à gauche) et Simon (à droite), des agents de santé communautaires en Ouganda.

Les Nations unies prévoient que la pandémie de COVID-19 pourrait faire doubler le nombre de personnes souffrant de faim aiguë d’ici la fin de l’année. Déjà, les agents et agents de santé communautaires ont pu constater l’impact des restrictions de voyage et de la crise économique mondiale dans les villages où ils et elles vivent et travaillent.

Certains ont vu les coûts de transport augmenter, ce qui a entraîné des retards dans les expéditions de denrées alimentaires. D’autres signalent que des marchés sont fermés parce qu’ils ne disposent pas de denrées alimentaires de base ou d’autres produits. En Ouganda, le financement et la disponibilité limités de la nourriture ont déjà obligé le Programme alimentaire mondial à réduire les rations alimentaires mensuelles fournies aux réfugiés. « Avant, une personne recevait 12 kg de céréales pour un mois – maintenant, elle en reçoit 8,8 kg », explique Simon à Yumbe, en Ouganda.

« Le prix des produits de base, tels que le sel et même le savon, a augmenté. Le confinement et la fermeture des frontières ont provoqué une pénurie de produits sur le marché. » – Andrea, agent de santé à Malualkon, Soudan du Sud.

« Beaucoup de choses ont changé, en particulier nos activités sociales, culturelles et religieuses. On ne peut plus se saluer comme avant. Il est également courant dans notre culture que les gens se réunissent et discutent de questions sociales, mais cela a été limité à cause de la COVID-19. » – Gatkek Met à Gambella, Éthiopie.

« Les gens ne peuvent pas s’asseoir ensemble, se rendre visite ou chercher un emploi – tout cela est maintenant difficile car les habitants de ce village cherchent souvent un travail occasionnel. Cependant, lorsqu’on va chercher du travail, on leur dit qu’il n’y a pas de travail – non pas parce qu’il n’y en a pas, mais parce qu’ils ont peur que vous leur apportiez le virus. » – Selina, à Isiolo, Kenya.

SUR LA FAÇON DONT LES AGENTS DE SANTÉ COMMUNAUTAIRES RÉAGISSENT À LA COVID-19


 Khan (à gauche) et Gatkek (à droite), des agents de santé communautaires en Éthiopie.

Les agents et agentes de santé communautaires sont plus que des personnels de santé : Les agents et agentes de santé communautaires sont plus que des personnels de santé : ce sont des mobilisateurs et mobilisatrices communautaires, des éducateurs et éducatrices et des résidents et résidentes de confiance dans les zones qu’ils desservent. Pour prévenir la propagation de la COVID-19, ils et elles contribuent à faire passer des messages importants sur la santé et l’hygiène, ainsi que sur la distanciation sociale.

« Nos communautés ont besoin de nous – nous sommes leurs télévisions et leurs radios. Elles n’ont pas d’autre moyen d’obtenir ces informations. Dès que nous entendons quelque chose à la radio, nous allons leur dire afin de les tenir informés de ce que le gouvernement a ordonné, comme le port de masques. » – Selina, Kenya.

« Nous faisons de la sensibilisation sur la COVID-19 en utilisant des mégaphones et en diffusant des messages audio qui ont été traduits dans la langue locale pendant que nous distribuons des fournitures [eau, assainissement et hygiène] dans les camps de déplacés. » – Abdulwas à Gambella, Éthiopie.

En Éthiopie, nous collaborons avec des fonctionnaires du gouvernement pour veiller à ce que le personnel de santé et de nutrition de chacun de nos centres de traitement nutritionnel soit formé à la prévention de la COVID-19 et aux mesures à prendre s’il rencontre un cas suspect. Dans les camps de réfugiés, les bénévoles de la santé communautaire constituent le pilier de notre action : ils et elles veillent à ce que les enfants souffrant de malnutrition grave soient identifiés et traités et à ce que des services vitaux continuent d’être fournis.

SUR LES VISITES À DOMICILE


Selina (à gauche) et Samuel (à droite), agente et agent de santé communautaires au Kenya.

Samuel et Selina sont des bénévoles de santé communautaires à Isiolo, au Kenya. Ils travaillent ensemble pour soutenir 120 familles. Ils avaient l’habitude de visiter une dizaine de foyers par jour, mais ce nombre est maintenant réduit à un – et uniquement pour les cas d’urgence.

« En tant que bénévole, je crains pour ma vie. Je ne sais pas qui a le virus, il est donc difficile de soutenir qui que ce soit. Maintenant, nous allons dans des maisons une fois par semaine à cause de la peur du coronavirus. L’autre jour, j’ai reçu un appel parce qu’un enfant avait la diarrhée – j’y suis allée et je les ai aidés très rapidement. Pour le reste, nous passons des appels téléphoniques », explique Samuel.

Il en va de même pour Elizabeth, bénévole communautaire à Mpwapwa, en Tanzanie : « La vie a changé : nous ne faisons plus les choses comme avant, comme les visites à domicile, et nous devons nous asseoir loin les uns des autres. Cela a affecté notre service à la communauté car tout le monde vit dans la peur. »


Elizabeth, une agenté de santé communautaire en Tanzanie.

SUR CE DONT LE PERSONNEL DE SANTÉ A LE PLUS BESOIN

Pour servir leurs communautés en toute sécurité pendant cette pandémie, les agents et agentes de santé communautaires ont besoin d’informations, de formation et d’équipements de protection. Ils ont également besoin d’un soutien en matière de santé mentale : le personnel de la santé doit faire face à de nouveaux horaires de travail, à une augmentation de la charge de travail due à l’accroissement des besoins de la communauté et au stress supplémentaire lié à l’exposition potentielle au virus et aux stigmates et craintes qui y sont associés.

« Lorsque nous sommes ensemble en tant que bénévoles, nous nous aidons les uns les autres. Nous avons besoin de masques, de savon, de désinfectant, de jerricans d’eau – quand nous formons la communauté, il est bon d’avoir ces articles pour que les gens voient et croient ce que nous disons. » – Selina, Kenya.

« Nous parcourons de longues distances à pied, nous avons donc besoin d’un vélo pour nous aider à nous déplacer, ainsi que de bottes et d’imperméables, car il a plu. » – Bhakita, Soudan du Sud.

« Nous avons besoin de matériel de communication tel que des mégaphones, des T-shirts pour la visibilité afin de faire de l’éducation communautaire, des articles de protection et des stylos et des livres pour consigner les commentaires et les données. » – Victor, Uganda.

« Nous avons besoin de savon et de jerricans pour obtenir de l’eau afin d’enseigner à notre peuple comment se laver les mains – nous connaissons notre peuple, il apprend avec ses yeux. » – Samuel, Kenya.


Bhakita (à gauche) et Andrea (à droite), agente et agent de santé communautaires au Soudan du Sud.

Dans toute l’Afrique de l’Est et dans de nombreuses autres régions du monde, le personnel et les bénévoles de santé communautaires jouent un rôle essentiel dans la santé des enfants et des familles – et leurs fonctions ont pris encore plus d’importance avec la propagation de la pandémie de COVID-19.

Nous faisons tout notre possible pour former, indemniser et équiper nos travailleurs et travailleuses de première ligne avec tous les outils dont ils ont besoin pour rester en sécurité et informés tout en desservant leurs communautés – mais nous avons besoin de plus de soutien pour continuer ce travail vital.


FONDS DE SECOURS COVID-19
Aidez-nous à intensifier nos efforts pour arrêter la propagation et sauver des vies.

Comments