Menu

Le combat des mères contre la « maladie sans nom » en Tanzanie

Disease survival mothers - Action Against Hunger

En Tanzanie, nous contribuons à améliorer la santé nutritionnelle de plus de 211 000 enfants et mères adolescentes dans quatre districts ruraux. Nous accentuons les interventions qui ont fait leurs preuves : nous fournissons des suppléments de micronutriments, traitons la malnutrition aiguë dans les communautés et les centres de santé et encourageons les groupes de soutien de mère à mère, jetant ainsi les bases qui permettront aux enfants de réaliser pleinement leur potentiel une fois adultes.

Un de nos photographes a visité Mpwapwa, une région où plus d’un enfant sur trois souffre de malnutrition, pour constater les changements que nos programmes ont apportés aux mères, à leurs communautés et, surtout, aux enfants qui ont survécu à « la maladie sans nom ».

MERINA ET RICHARD

« Dans mon village, nous savons combien il est important de fournir une alimentation saine à nos enfants, mais cela peut être coûteux, surtout lorsqu’on dépend de la terre et qu’on n’a pas beaucoup d’argent.

Toutes les mères veulent donner à leur enfant une alimentation saine, mais comment pouvons-nous y parvenir ? Lorsque les gens parlent des cinq groupes alimentaires, quels sont-ils ? Avant, nous pensions que les aliments dont nous avions besoin étaient peut-être les bananes, les mangues et les oranges, mais ils peuvent être chers et doivent être achetés au marché.

Ce programme nous a ouvert les yeux et nous a appris comment fournir une alimentation équilibrée, malgré les défis auxquels nous sommes confrontés.

La nourriture dont nos enfants ont besoin se trouve tout autour de nous. »

LAHELI ET MAIKO

« Quand mon fils était malade, je souffrais terriblement. J’ai visité différents hôpitaux et personne n’a su me dire quel était le problème. Dans ce district, on ne connaissait pas la malnutrition et on ne la traitait pas.

Maiko a souffert pendant si longtemps. C’était déchirant à voir. Il avait des éruptions cutanées, il était très faible et il a perdu du poids. Il avait tellement de problèmes de santé, il ne pouvait même pas marcher. Il restait assis, sans bouger.

Lorsque ce programme a été mis en place, on a rapidement diagnostiqué une malnutrition chez mon fils. Il a été traité pendant deux mois et j’ai reçu des conseils sur la façon dont je pouvais le soutenir.

Grâce à ce diagnostic, je n’ai plus eu peur. Je savais que Maiko survivrait. Le diagnostic m’a apporté de l’espoir. »

DAMARI ET ROSE

« Heureusement, ma Rose n’a jamais souffert de malnutrition, mais c’est quelque chose dont j’ai été témoin dans ma communauté. Les enfants de mes voisins étaient constamment malades, mais nous ne savions rien de la malnutrition.

Les médecins faisaient de leur mieux pour soigner les enfants, mais il n’y avait pas de traitement contre la malnutrition dans les hôpitaux. Heureusement, cela a changé.

Maintenant, les enfants peuvent se faire soigner, mais surtout, nous savons comment fournir des repas plus nutritifs pour aider nos enfants à éviter la maladie. Avant, une mère pouvait partir le matin pour travailler dans les champs et préparer une bouillie de maïs pour que ses enfants puissent passer la journée. L’enfant serait rassasié, mais ne recevrait pas les nutriments dont il a besoin.

Aujourd’hui, nous comprenons combien il est important que nos enfants aient une alimentation variée et les mères savent combien il est simple de rendre les repas plus nutritifs. Des choses simples comme l’ajout de fruits et de légumes dans le porridge.

Aujourd’hui, toutes les mères savent à quel point la nutrition est importante pour assurer la bonne santé de leurs enfants. »

SOPHIA ET MUSA

« Ce programme m’a rapprochée de mon enfant et je pense qu’il a fait de moi une mère plus responsable. C’est pourquoi je pense qu’il est important que je partage ces leçons avec d’autres mères de ma communauté.

J’ai trois enfants, mais quand on compare Musa avec mes enfants plus âgés, la différence est évidente.

J’en ai appris beaucoup sur les dangers de la malnutrition et le rôle que je peux jouer pour que mes enfants ne succombent pas à cette maladie. Je sais aussi combien le régime alimentaire de mon enfant est important pour son développement.

Avant, je pensais que deux gros repas par jour suffisaient pour mes enfants. Maintenant, je sais qu’il ne s’agit pas seulement d’avoir assez de nourriture, mais que la nourriture doit être nutritive. Aujourd’hui, mes enfants mangent très bien et reçoivent les cinq groupes d’aliments dont ils ont besoin. »

MARIAM ET SAMSON

« Je sais maintenant que mon Samson souffrait de malnutrition. Quand il était malade, il ne faisait que dormir, et quand il ne dormait pas, il pleurait. Il était très faible.

A l’époque, je ne savais rien de la malnutrition. Mes autres enfants n’avaient jamais souffert ou été malades comme Samson.

La vie n’est pas facile pour nous. Normalement, je préparais du porridge le matin pour mes enfants, bien que je doive avouer que je n’avais aucune idée du rôle que les nutriments jouaient dans la santé de mon enfant. Je pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles mon fils a souffert.

Samson a été l’un des premiers enfants à recevoir un traitement contre la malnutrition dans notre village. Depuis son traitement, il n’a jamais eu à revoir le médecin. Il va vraiment bien maintenant, il grandit.

Maintenant, Samson est un garçon très charmant. Il se promène dans le village sans aucun problème. Il va vraiment bien. »

YUNIS ET GLORIA

« Mon bébé n’a que neuf mois. Mon aînée a trois ans et je pense, sachant ce que je sais maintenant, qu’elle souffrait de malnutrition.

Je lui donnais du porridge quelques jours après la naissance. C’est la tradition dans notre village. Nous ne savions pas que c’était mauvais pour l’enfant. Il pleurait et nous lenourrissions. C’est ce que nous avons toujours fait. Même ma mère ne savait pas à quel point l’allaitement est important pour nos enfants.

Ma plus jeune, je ne l’ai nourrie qu’au sein pendant les six premiers mois. Maintenant qu’elle est plus âgée, je sais ce que je dois lui donner à manger pour qu’elle reçoive les nutriments et les vitamines dont elle a besoin. Grâce à cela, elle n’a pas souffert comme ma fille aînée.

Je pense que ce programme permettra de sauver beaucoup d’enfants. Avant, nous ne savions jamais pourquoi nos enfants tombaient malades, et en tant que parents, nous souffrions. »

 


Joignez-vous à notre communauté

Vous voulez vous joindre à la lutte contre la faim ? Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour rester informé(e) des dernières nouvelles et des derniers événements d’Action contre la faim.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

 

Comments