Menu

7 ans de conflit en Syrie : des petits réfugiés de 7 ans qui rêvent de leur maison

Photo: Des réfugiés syriens en Jordanie. Action contre la Faim, Jordanie.

Il y a sept ans, le conflit dévastateur en Syrie débutait. Aujourd’hui, des milliers d’enfants, comme Noor, enfant de 7 ans apparaissant sur la photo ci-dessous, ont vécu leur vie entière dans leur pays en guerre.

Des millions de Syriens ont été déplacés — plus de la moitié sont des enfants. Certains, nés réfugiés, n’ont jamais vu le pays que leurs parents et grands-parents appellent patrie.

Nous avons discuté avec des réfugiés de 7 ans qui ont vécu toute leur vie dans l’instabilité. Ils ont partagé avec nous leurs jouets préférés et leur rêve de rentrer chez eux.

Kafaá d’Halab en Syrie.

Son jouet préféré est cet enfant conduisant une voiture parce qu’elle adore les voyages en voiture et la nature. Elle s’imagine toujours dans une voiture, conduisant à travers la Syrie et ses paysages magnifiques.

Quand on lui pose des questions sur sa maison en Syrie, elle explique qu’elle était beaucoup mieux et qu’elle avait des vrais murs — pas des faux murs comme ceux de la caravane dans laquelle ils vivent.

 

Wassim d’Halab.

Son jouet préféré est ce lion parce qu’il représente la force, et que chaque fois qu’il le tient, il se sent plus fort. Quand on lui pose des questions sur la Syrie, il explique qu’il ne se rappelle pas vraiment, mais que ses parents lui en ont dit beaucoup de choses bien, comme le magnifique jardin autour de leur maison. Il rêve d’y retourner un jour.

 

Noor d’Hama en Syrie.

Noor adore sa poupée parce que c’était un cadeau de sa grand-mère, donc elle l’a appelée Amina en son honneur. « Je ne la traite pas comme une poupée, je la traite comme une amie », explique Noor.

Quand on lui pose des questions sur la Syrie et sa ville natale, Hama, elle explique que c’est magnifique, avec de grands arbres verts où elle jouait avec ses cousins.

 
Mohammad de Daraain, Syrie.

Le poisson est son jouet préféré parce que son père était un pêcheur et qu’il parlait toujours de poissons. Il veut vraiment être comme son père un jour. Il a aussi mentionné que ce poisson est spécial, pas comme les autres poissons, et qu’il porte un casque pour être en sécurité.

Quand on lui pose des questions sur la Syrie, il dit que sa famille lui envoie toujours des photos de leur quartier et des oiseaux qui y volent autour. Il dit qu’il adore les oiseaux.

 

Ayman de Daraa.

L’avion est son jouet préféré parce qu’il adore la couleur rouge et les avions. Il explique qu’ « avec les avions, tu peux voler, et je voudrais voler en Syrie. »

Quand on lui demande de nous en dire plus concernant la Syrie, il dit qu’ils avaient deux lapins avec lesquels il jouait tout le temps, mais qu’il les a perdus durant la guerre, et qu’il voudrait avoir de nouveaux lapins un jour.

 

Mohammad-Wisam de Daraa.

Son jouet favori est cet accessoire en perles, parce qu’il le secoue dès qu’il danse le Dabkeh, une danse traditionnelle du Moyen-Orient, tout en écoutant des chansons syriennes traditionnelles.

Quand on lui parle de la Syrie, il explique que son grand père s’y trouve encore et qu’il aimerait aller le voir un jour parce que son nom vient de lui.

 

Sahar de Daraa.

Son jouet préféré est ce petit écureuil parce que son cousin a le même et qu’ils se sont promis de rester amis pour toujours.

Quand on lui parle de la Syrie, elle explique que c’est vert et beau, avec plein d’arbres et d’herbe. Elle voudrait y retourner et courir à travers les champs.

Les équipes d’Action contre la Faim travaillent en Syrie et dans les pays voisins, faisant tout leur possible pour répondre aux besoins urgents des femmes, hommes et enfants syriens.

Pour l’avenir de Noor, Ayman et des milliers d’autres enfants comme eux, nous nous devons de fournir de l’aide d’urgence et de promouvoir la paix. Nous n’arrêterons jamais notre combat — et nous savons que vous non plus.

 

Comments